Note de réflexion sur une session de co-analyse de données conversationnelles (Patrick Lechaux)

Session d’Analyse conjointe de données conversationnelles du 22 décembre 2017 / Equipe de recherche du GEACC, du CLISSIS, Unité de Recherche en Travail Social de l’Institut Supérieur de Service Social de Lisbonne de l’Université Lusíada de Lisbonne (ISSSL-ULL)

GEACC | Groupe d’Ethnométhodologie et Analyse Conversationnelle de la Clusivité sociale

_________________

Lors de mon séjour à Lisbonne, Michel Binet m’a invité à participer à une session d’analyse de données conversationnelles (Data Session) le 22 décembre dernier qui représentait une première pour moi. La session, organisée dans le cadre de son équipe de recherche, regroupait 5 participants dont la diversité des profils a sans aucun doute contribué à l’extraordinaire richesse de cette expérience.

Carla Mirelle Matos Lisboa est doctorante brésilienne en linguistique appliquée au service social et effectue un séjour d’études à Lisbonne sous la direction de Michel Binet dans le cadre de son cursus doctoral (PUC-Rio) en vue de se perfectionner dans la mobilisation de l’analyse conversationnelle. Elle avait apporté pour chacun des membres de la session un document de 6 pages de transcription (selon les conventions de transcription en vigueur) d’un entretien qu’elle avait elle-même enregistré dans le cadre de son intervention auprès de personnes de la rue dans la banlieue de Rio de Janeiro. Carla est en effet « volontaire » (bénévole) dans le cadre d’une association. On était donc en présence d’une « praticienne chercheure » en apprentissage à la fois du métier de travailleur social et de chercheur. Une autre étudiante était également présente : Tânia Pinto, assistante sociale de métier, appelée à mobiliser l’analyse conversationnelle dans le cadre du Mémoire de Master en Service Social qu’elle élabore sous la direction de Michel Binet. Etait également présente Isabel de Sousa, docteure en service social, ayant une longue expérience d’assistante sociale, qui mobilise l’analyse conversationnelle dans son activité de chercheure et de professeure à l’ISSSL-ULL. Michel Binet, coordonnateur du GEACC et spécialiste de l’analyse conversationnelle, professeur à l’ISSSL-ULL et à l’ESECS-IPP, animait la session.

Après avoir resitué le moment de l’intervention sociale faisant l’objet de l’enregistrement et de la transcription, nous avons écouté les premières minutes de l’enregistrement et pris connaissance de l’échange entre Mirelle, l’intervenante, et Penha, personne vivant dans la rue, que Mirelle revoyait pour la seconde fois. Puis nous avons analysé méthodiquement l’enregistrement et la transcription en la découpant par séquences très courtes d’échanges : des unités d’interactions verbales dites « paires adjacentes » constituées d’une question et d’une réponse ou d’une contribution verbale de chacun des deux locuteurs. Chacun des participants faisait part de ses remarques et hypothèses d’analyse : nous avons ainsi mis 1h pour analyser la première page de transcription.

Je dois dire que j’ai été « bluffé » par l’extraordinaire richesse de cette analyse dialogale qui permet effectivement d’accéder à l’activité mentale de l’intervenante mais également aux cadres mentaux de l’activité de chaque locuteur (intervenante sociale et personne de la rue), plus précisément encore à l’interaction de ces cadres mentaux constitutive de l’inter-activité dans cette situation d’interaction.

J’ai repensé tout au long de la séance au travail de thèse de Joris Thiévenaz à propos de l’activité dialogale des médecins du travail[1] : j’y ai retrouvé en actes les deux concepts d’ « orientation de l’action » (Savoyant[2]) et d’ « enquête » (en référence à J. Dewey[3]). On y voit se déployer les « habitudes » (J. Dewey) du professionnel dans sa façon d’entrer en relation avec la personne de la rue, de gagner ou conserver sa confiance, mais aussi la reconfiguration de ces habitudes dans la situation singulière de la rue qui n’est pas l’entretien à domicile ou dans un bureau. Ici, Penha est assise sur son carton sur le trottoir et Mirelle, l’intervenante volontaire, se met à son niveau en posant un genou à terre tout en respectant l’espace intime du carton de Penha qui est sa façon à elle d’habiter la rue. Cette dernière information n’est toutefois accessible que par le commentaire de Mirelle sur sa propre intervention (à défaut d’une vidéo). Rappelons que la doctorante, Carla, analyse la transcription de sa propre intervention comme volontaire (Mirelle dans la transcription).

L’analyse conversationnelle m’a également particulièrement intéressé par la mise en évidence – de façon plutôt inattendue pour moi – de la posture et des règles éthiques mobilisées par l’intervenante.

La confrontation des lectures des différents participants, chercheurs, travailleurs sociaux, praticiens chercheurs, en présence de l’intervenante enregistrée, m’a conforté dans l’intérêt d’une analyse collective associant ces différentes fonctions. L’analyse approfondie d’une séquence de moins de cinq minutes a en effet permis de dégager les façons de faire et les savoirs d’action implicites de l’intervenante sociale, notamment à propos de la façon de « gérer » le rapport de cette personne de la rue (Penha) aux services sociaux. Mais aussi, en corollaire, les savoirs d’action de Penha dans sa façon de faire avec les travailleurs sociaux selon qu’ils soient volontaire ou professionnel de métier (assistante sociale, psychologue). J’ai ainsi compris comment cette approche constituait un outil particulièrement pertinent pour la formation des travailleurs sociaux, l’analyse critique des pratiques et la mise en forme de savoirs professionnels.

De ce point de vue, l’approche ethnométhodologique des interactions dans sa version « analyse conversationnelle » me paraît particulièrement heuristique pour accéder à ce que J-M Barbier appelle « l’interactivité »[4] professionnel-usager ou personne accompagnée (pour les métiers adressés à autrui) qui est pour l’essentiel une activité dialogale. De mon point de vue, l’analyse des métiers en actes ou des actes de métiers ne devrait en aucun cas faire l’impasse de l’analyse conversationnelle eu égard à ce que celle-ci apporte dans l’analyse de la part non observable du travail, à savoir les « constructions de sens » situées (J-M Barbier ; J. Thievenaz) du sujet – mais également de son interlocuteur – via ses représentations de la situation et de ce qu’il y a à faire dans cette situation. Les concepts d’ « orientation de l’action » et d’ « enquête » me paraissent pouvoir être mobilisés avec profit pour éclairer l’analyse conversationnelle car celle-ci donne effectivement à voir l’activité de recherche du professionnel dans sa façon d’analyser la situation et de construire de nouvelles habitudes d’action en présence de situations critiques ou d’indétermination, pour reprendre l’expression de J. Dewey.

Je me demande toutefois si l’absence d’enregistrement vidéo n’ampute pas l’analyse de l’activité de par la dissociation opérée entre l’activité dialogale et son inscription corporelle : la gestuelle de Mirelle mettant un genou à terre en vue d’échanger avec Penha assise sur son carton (se mettant ainsi à son niveau) n’apparaît pas dans l’enregistrement sonore et vient pourtant en renforcement de son propos lorsque Mirelle demande à Penha si elle se souvient d’elle. De même, on entend Penha parler pour dire d’attendre un peu sans savoir à qui s’adresse ce propos. Carla, la doctorante, se souvient qu’elle, en tant que volontaire, (Mirelle dans la transcription), avait en face d’elle Penha qui était en train de téléphoner et qui s’est adressée à son interlocuteur au téléphone pour lui dire qu’elle interrompait l’échange en vue d’échanger avec l’intervenante. Ceci est essentiel pour comprendre la situation : Penha privilégie l’échange avec l’intervenante sociale qu’elle reconnaît et dont elle apprécie sans doute sa demande d’autorisation de pouvoir lui parler et s’approcher d’elle (en se mettant à son niveau, un genou à terre).

Introduire l’enregistrement vidéo permettrait sans doute de réarticuler l’activité dialogale avec l’activité de travail dans toutes ses dimensions, notamment gestuelle. Peut-on dissocier l’activité dialogale de l’activité gestuelle ou pour le dire autrement l’activité dialogale n’est-elle pas à la fois conversationnelle et gestuelle ? Plusieurs projets de recherche de membres du GEACC ont d’ailleurs déjà pour bases empiriques des corpus de données audiovisuelles (David Monteiro et Cristina Coelho).

De même, il serait intéressant d’explorer la pertinence et l’intérêt de mobiliser de façon complémentaire l’entretien d’explicitation (P. Vermersch)[5] : dans le cas présent, par exemple, apparaît un moment critique où Mirelle présente à Penha les deux collègues « psychologue et assistante sociale » qui l’accompagnent pour aborder avec Penha la question de son addiction à la drogue. Mirelle anticipe la réaction très réservée – voire négative – de Penha, les présente comme « amies » et s’engage dans un long échange hésitant, laborieux, exprimant son malaise dans la situation. Dans ce moment précis, il serait vraiment intéressant de mobiliser l’entretien d’explicitation afin d’accéder à l’activité mentale de Mirelle, en explorant les dimensions sensorielle, émotionnelle, cognitive, axiologique, identitaire, … de son activité dont l’oralité n’est que la partie émergée. On est en effet là en présence d’un moment exceptionnel où visiblement l’intervenante volontaire (non professionnelle) explore une façon d’agir « professionnelle » au sens où elle serait pertinente à la fois sur le plan technique et sur le plan éthique.

Mon propos ne vise pas à relativiser l’importance de l’analyse conversationnelle mais à proposer une démarche d’approche comparative de méthodologies d’analyse de l’activité (analyse conversationnelle ; enregistrement audiovisuel et autoconfrontation ; entretien d’explicitation) en vue d’éprouver les spécificités de chacune de ces méthodes et la valeur ajoutée que serait susceptible de produire leur hybridation.

Le GIS Hybrida-IS s’est mis en place en vue d’engager des chantiers de ce type permettant de dépasser des cloisonnements disciplinaires, de courants de pensée ou de méthodologies.

Cette découverte de la richesse de l’analyse conversationnelle – réellement méconnue en France, mais partie prenante du GIS grâce à l’équipe de Michel Binet – m’a vraiment convaincu que nous avions là une formidable opportunité d’explorer de nouvelles voies sur le plan théorique, méthodologique et épistémologique.

Note de Patrick Lechaux, chef de projet du GIS

29 décembre 2017


[1] Thievenaz J. « L’activité d’« enquête » du médecin du travail », Recherche et formation [En ligne], 70 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 30 septembre 2016. URL : http:// rechercheformation.revues.org/1850 ; DOI : 10.4000/rechercheformation.1850.

[2] SAVOYANT A. (1979). « Éléments d’un cadre d’analyse de l’activité : quelque concepts essentiels de la psychologie soviétique », Cahiers de psychologie, vol. XXII, n° 1-2, p. 17-25.

[3] DEWEY J. (1938). Logique, la théorie de l’enquête, Paris : PUF.

[4] BARBIER J.-M. (2011). Vocabulaire d’analyse des activités, Paris : PUF.

[5] Vermersch, P., Maryse Maurel, M. (sous la direction de), Pratiques de l’entretien d’explicitation, Paris, ESF, 1997


Session de Co-Analyse de données conversationnelles (GEACC, 22/12/2017) | Tânia Pinto – Michel Binet – Isabel de Sousa – Patrick Lechaux – Carla Mirelle Lisboa